AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [flashback-entrainement] Magma éducateur, prémisces de l'entrainement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saigai Seisakusha
Modo / Mage de Rang E
Modo / Mage de Rang E
avatar


Messages : 173
Date d'inscription : 18/12/2013
Age : 23
Localisation : Surement en ville, en train de tuer quelqu'un. Cherchez dans les petites ruelles...
1 Avertissement Reçu

Feuille de personnage
Missions:
Estime: 5
Expérience: (95/300)

MessageSujet: [flashback-entrainement] Magma éducateur, prémisces de l'entrainement.   Mar 28 Jan - 12:10

Saigai (pensées): "couché dans son lit" Bon, aujourd'hui est une journée libre... Je vais en profiter pour remettre à jour mes techniques de combat. Ce sera toujours ça de pris Je me demande s'il serait toujours d'accord...

Aujourd'hui, je venais de me lever à nouveau l'esprit serein et le sourire aux lèvres. J'avais réalisé ma première mission avec brio l'avant-veille, et la journée précédente à informer la ville discrètement que deux gangs de drogues majeurs étaient tombés de mes mains.

Ça en dissuada plus d'un de venir me chercher des crosses, vu les retours.

Ayant passé ma matinée à circuler dans la guilde, je m'étais informé que l'un de nos membres, un mage puissant, était revenu d'une mission. Étant le bras-droit du maitre, on disait qu'il avait tenté une mission suffisamment dangereuse pour mettre en péril une ville toute entière.

Les quelques membres qui étaient restés à la guilde vinrent le saluer, et je le rencontra par hasard devant ma chambre, pour ma part.

Il m'y attendait, d'ailleurs.

Je fût donc assez surpris lorsqu'il me dit qu'il aurait aimé m'entrainer pour me perfectionner. D'après lui, j'avais un peu de potentiel exploitable, mais j'aurais à souffrir pour l'obtenir, me dit-il.

Un peu déboussolé, je lui répondis que j'y réfléchirais, et je me rendis dans ma chambre. Prenant un peu de repos, je commença à réfléchir sur ce qu'il m'avait dit, et ce que cela pourrait entrainer.

Un entrainement pourrait m'être très bénéfique, mais son rang élevé me prédisait une formation dure et dangereuse.

Mon choix fut partagé pendant de nombreuses minutes, mais je finis par me décider. Ce serait pour. Après tout, j'avais déjà tant tué, alors de quoi avais-je peur? De la mort? Surement pas...

Je me leva donc de mon lit, et resta assis dessus. Je comptais donner mon maximum, parce qu'on ne progresse pas sans y mettre toute sa volonté.

Je me dressa sur mes deux jambes déterminé à progresser. Mes yeux tournés vers l'avenir, j'attrapa mon sabre, puis mon gilet et mon t-shirt que j'avais laissé sur une chaise.

Je sortis de ma chambre, pris immédiatement à droite, et me retrouva face au premier exécutant du maitre: il m'attendait.

[b]Doenars:
Je me nomme Doenars, et je t'attends depuis quasiment une heure. Un temps respectable pour une décision claire. Allez, viens, et ne me déçois pas.

Saigai: "Déterminé" Entendu. Je ne vous décevrais pas.

Dans un bruissement d'étoffes, il me tourna le dos et me guida à travers le labyrinthe qu'était la guilde.

Les méandres par lesquelles il me fit passer me firent penser au dédale de la ville, articulé par les grandes rues, innombrables par ses ruelles, ses passages dérobés, ses petites pièces secrètes...

Et nous arrivâmes enfin. Au bout d'un petit couloir mal éclairé, une porte aussi banal que possible, en bois usé, la poignée en métal gris.

Il s'arrêta, se positionna devant la porte, et, plutôt que de tourner la poignée, chose évidente pour passer une porte, il posa la main dessus, et celle ci fût parcourue de multiples lignes ardentes. À travers ce qui semblait être du feu liquide, on apercevait des formes noires qui se mouvait, aussi affolés qu'affolantes.

Doenars: "Un léger sourire aux lèvres" Je te présente ma salle d'entrainement.

Et la porte céda la place à une salle improbable dont on avait l'impression qu'elle était tiré d'un cauchemar: on aurait dit le coeur d'un volcan, à l'exception que les démons des limbes ne travaillaient pas sur Terre...

J'en fût si surpris que je resta devant le portique infernal, ébahi. Une fois de l'autre côté, Doenars me héla, et je repris conscience, puis le suivit, fébrilement.

Au moment de passer le pas de la porte, j'hésitais sur la conduite à suivre: j'étais décidé à y aller, mais je commençais à craindre la mort, celle qui vous fauche sans raison, juste parce qu'elle vous a choisie...

Je posa le pied par-delà la limite de la porte, et m'engagea en enfer.

Doenars souris, se campa droit et se retourna vers moi, tel un roi.

Nous venions de débarquer sur un ilot magmatique faisant office d'arène. Celui ci se détacha de la structure rocheuse principale rapidement, divaguant sur la lave.

Mon esprit d'analyse se mettant instinctivement en route, j'observais à toute vitesse.

Plaque en équilibre, adversaire puissant, limites meurtrières, roche limitée et dangereuse à utiliser, tout ceci n'était rien face au sourire démoniaque que me faisait mon opposant. Un véritable démon n'aurait pas fait mieux, il me semble.

Doenars: Bien, nous y sommes donc... Alors, que vas tu donc faire, jeune mage? Il me semble que tu es là pour t'entrainer, alors viens, je t'attends! Hahaha!

Reprenant mon calme, je m'apercevais que j'étais déboussolée déjà depuis le départ, à ma chambre. Mais pour quelle étrange raison? Surement par crainte, mais il me semblait qu'un souvenir m'embrouillait...

Flashback

Inconnu: Non, je t'en prie, gamin, fait pas ça... Je t'en prie...

Cela faisait déjà deux jours que j'avais fui de chez moi... Deux jours plus dur encore que ne serait-ce qu'une heure en enfer...

J'avais vu mon père, celui qui m'avait tant appris, celui qui avait veillé sur ma sécurité, celui qui m'a forgé comme un guerrier, mourir sous mes yeux, sans la moindre gloire.

J'avais vu ma mère, celle qui m'avait donnée la vie, celle qui m'avait appris à me tenir droit face au monde, celle qui m'avait offert de vivre par ma volonté, se faire trancher la gorge sous mes yeux, à l'instant.

Mon monde s'écroulait, devenait ténèbres et haine.

Je voulait mourir, mais mon corps et mon âme en avaient décidés autrement, et une étrange magie rayonnait dans mes mains. La tristesse et la colère m'envahissait à tour de rôle, prenant la place que l'amour et l'amitié occupaient par le passé.

Ma magie, semblant être sa propre maitresse, avait frappé le sol et en avait extirpée des dizaines de fines stalagmites tranchantes comme des rasoirs. Ceux-ci, justement apparu sous les pieds du tueur de sa mère, lui avait à la fois broyés et déchiquetés les membres inférieurs, et s'il ne pouvait plus se déplacer, il se plaignait et piaillait comme un nouveau-né.

Inconnu: Arrête, gamin... Tu peux pas faire ça... Tu me connais même pas... Arrête...


Saigai: "Le visage ruisselant de larmes" Tu as tué... ma mère... ma mère... maman...

M'approchant toujours un peu plus de lui, il rampait, tentait d'échapper à mon courroux que je ne maitrisais pas.

Saigai: "Regardant fixement le mage agonisant, les yeux remplis de colère et de souffrance" Vous... avez... tué... MES PARENTS!!!!!!!!

Et dans ma rage, une grande stalagmite transperça l'homme au niveau du poumon. S'il n'était pas mort, il devrait l'être sous peu.

L'éveil de ma magie ainsi que mon premier meurtre se passèrent donc ainsi, et j'enterra du mieux que je pus le défunt corps de ma mère. J'en pleura tant et si bien que lorsque la nuit fit place au jour, je restais prostré, comme figé dans le temps et l'espace, là où ma mère m'avait été arrachée.

Ma magie s'occupait étrangement du reste. Les canidés qui voulurent venir manger le défunt meurtrier finirent comme lui sans même que je leur fasse face, et le feu s'alluma de lui-même dans un petit regroupement de branches, près de moi.

Je resta ainsi jusqu'au lever du jour, et une petite envie commençait à me tirailler les entrailles: j'avais faim.

Je trouva alors de la viande cuite sur le feu.

Une petite voix me héla dans mon esprit ténébreux, tout droit sortie des plus profondes noirceurs de mon âme, lorsque les instincts primaires me firent reprendre conscience:


Entité: "Sans douceur, mais sans brusquerie, d'un ton bienfaisant" Debout...

Je me leva.

Entité: "d'un même ton de pouvoir" À présent, marche. Tu marcheras jusqu'à trouver ton but, et tu ne le trouveras que lorsque tu le voudras. Ne comptes plus sur moi, à présent. Vis, où je te tue.

Fin flashback

Doenars: Bien, nous y sommes donc... Alors, que vas tu donc faire, jeune mage? Il me semble que tu es là pour t'entrainer, alors viens, je t'attends! Hahaha!

Je me remémorais mon passé. Mon premier meurtre, celui où ma magie agissait encore d'elle-même, celui où j'ai perdu tout espoir en ce monde.

Celui où j'ai découvert ma propre puissance...

Reprenant pied, j'étais à présent calme et serein, prêt à frapper. Je savais comment procéder pour le vaincre rapidement, et je ne me fis pas prier.

J'avança au milieu de l'arène, me concentra face-à-face avec la mort, et je détacha deux petites pièces de l'ilot: la première était celle où j'étais un peu plus tôt, la seconde, celle où le mage se trouvait. Ainsi je laissais l'équilibre des forces.

Je referma ensuite le reste comme une fleur, et garda un trou ouvert afin de garder un oeil sur le mage, car il était en position de combat.

Bien. Première étape réussie.

Deuxième étape en cours.

Je détacha les 5 pétales que j'avais formés autour de mon point, et construisis un dôme en forme de balle de fusil que je posa sur le mage et sa parcelle.

Que je fis ensuite couler.

Je me retourna.. C'était un peu trop facile à mon goût...

Prenant tout de même mes avances, je me guida rapidement sur la terre ferme où les démons ne paraissaient même pas se rendre compte du fait que leur seigneur était...

L'évidence me frappa alors: il maitrisait le magma, voir pire: il était du magma...

Et le corps enrobé de boursouflures ignées, il sortit du bassin dans lequel je l'avais plongé pour revenir sur la terre ferme. Il se reposa avec dignité, s'extraya de son cocon de roche brûlante comme une chrysalide et s'avança vers moi.

Doenars: "l'expression sereine, le visage peinée comme si son élève n'avait pas répondu correctement" haaa... Je m'attendait à un peu mieux de ta part, quand même... Bon, excepté le fait que tu ne connaissais pas ma magie, c'était tout de même une jolie frappe. Cependant, tu aurais pu faire bien mieux. Si tu m'avais enfermé puis privé de mouvement dans la roche, pour ensuite me couler dans la lave, je serais mort d'étouffement au moment où la roche se serait transformé en magma. À présent, j'ai une idée de ce que tu sais faire.

Me remettant en garde lorsqu'il avança vers moi, il me rassura:

Doenars: "Levant la main en signe de reddition" non, c'est bon, je voulais te tester en situation dangereuse. Tu analyse vite et bien pour ton âge. Je sais exactement comment t'entrainer.

Et je resta donc pendu à ses lèvres. Le bras droit du maitre, celui qui ne faisait même pas attention à des mages de rang A, me prenait sous son aile puissante et m'offrait un entrainement à ma mesure... Je ne pouvait rêver mieux.

Mon visage fit place à un sourire d'envie, et mes yeux brulèrent de la volonté d'évoluer.

Il était donc temps que je me surpasse.

Saigai: Je vous remercie. Mais je vous tuerais dès lors que je le pourrais.

Doenars: "S'affairant devant une porte avec l'un de ses démons" Je n'en doute pas! Hahahahaha!

Et me regardant, il ouvrit négligemment une autre porte dans la roche même. Un démon, près de lui, se transforma progressivement en Doenars, puis me demanda de le suivre.

Je n'étais donc pas au bout de mes surprises.

Lorsque j'entra dans la salle qu'il me présenta, il me montra un grand arbre près duquel coulait un ruisseau, et à côté de la porte, une fois de plus apparaissant sur de la roche, coulait une source de lave.

Doenars: Voici une salle d'entrainement que je t'offre. Tu y as là tout ce qui te permettra de progresser. Donne moi ta main.

Je m'exécuta sans discuter. Je lui donna la main sur laquelle mon sceau de la guilde avait été gravé.

Il m'enleva le gant qui la recouvrait, posa l'un de ses doigts au centre de l'insigne, et activa sa magie, me cautérisant la peau.

Je réprima un glapissement de douleur, et il enleva son doigt. Ma marque contenait à présent en plein milieu un point flamboyant qui semblait battre au rythme de mon coeur.

Doenars: Voici ton propre sceau. Il te permettra de venir dans cette salle lorsque tu le désireras. N'importe où que tu soit dans la guilde, pose ta main contre un mur, et donne ton nom, mentalement ou physiquement, comme il te plaira. Ensuite, entre, et ressort lorsque tu le désires. Le temps s'écoule de la même façon à l'extérieur et à l'intérieur, alors fait ce que bon te semble. À présent, je dois repartir. Ne gâche pas ce que je t'offre. Viens.

Et nous sortions de la salle pour revenir dans le coeur du volcan. Il continua son trajet jusqu'à la porte initiale, passa par celle-ci, et referma la porte.

Doenars: "m'ignorant comme si j'étais subitement devenu un stupide volatile" À présent, débrouilles toi. Lorsque je reviendrais, tu auras intérêt à avoir évolué.

Et ainsi se termina ma première rencontre avec Doenars, mon maitre d'armes.

Je retourna donc dans ma chambre, un peu fatigué et avec bien des choses à revoir en moi-même.

Mon entrainement débutait maintenant.

_________________
Salut! Envie de mourir? Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[flashback-entrainement] Magma éducateur, prémisces de l'entrainement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail Heaven :: Earthland :: Gasher :: Autres-